bee right

BeeBonds Podcast : Marco Tessaro, le financier au service du good food

BEEBONDS BLOG COVER PODCAST

Découvrez le BeeBonds Podcast, le podcast de la plateforme de crowdlending BeeBonds qui vous fait découvrir la personne, l’équipe, l’histoire et le projet qui se cache derrière chaque levée de fonds. 

Dans ce premier épisode, on vous propose de partir à la rencontre de Marco Tessaro, fondateur d’AlphaSeed.

Table des matières

BeeBonds Podcast : Marco Tessaro, le financier au service du good food

Dans cet épisode, on vous présente Marco Tessaro, fondateur de AlphaSeed. Marco est un financier devenu entrepreneur au service du good food

Diplômé de Solvay, Marco a débuté sa carrière au sein d’un “big four”, avant de rejoindre une société industrielle suédoise. 

Marco Tessaro a fait ses premiers pas dans le food après avoir été recruté par un fond d’investissement  pour développer la master franchise de Burger King en Italie et en Pologne.

Pour écouter Marco nous raconter son parcours depuis ses débuts au lancement d’AlphaSeed et d’un concept comme Pitaya :

De Burger King à AlphaSeed, une plateforme de financement des meilleurs concepts fast casual

“Ce qui m’a toujours intéressé, ce sont les chiffres, les process et les systèmes informatiques. J’ai un petit côté geek qui ne m’a jamais quitté. Ça, c’est le côté fil rouge relié à la finance, mais le vrai processus que réalisé dans ma carrière, c’est que je suis passé du monde du corporate au monde de l’entreprenariat au sein du secteur food.” 

Pour Marco, le food est un secteur en pleine révolution qui a besoin d’un sérieux dépoussiérage en termes de digitalisation. Il se souvient de ses débuts chez Burger King  : 

Le vrai challenge est toujours le même, c’est le scale-up :  pouvoir mettre en place les gens, les outils et les process pour pouvoir gérer la quantité. Parce que quand on ouvre 30 restos par an sur un pays, il faut vraiment gérer la quantité. Tout ça est un puzzle qu’il faut assembler de façon très soigneuse.”

Avec Burger King, Marco Tessaro prend conscience de l’ampleur de la révolution que connaît le secteur. Il ne tarde pas à croiser le chemin de deux personnes clés pour AlphaSeed : Patrick Kuborn et Jacques Hansen (tous deux détenteurs de la licence du Pain Quotidien au Brésil et en Colombie). 

Très vite, la magie opère entre les trois hommes : ils connaissent parfaitement le secteur food, le pratiquent au quotidien et partagent une même vision.

Leur ambition commune : développer des chaînes de fast casual, une grosse tendance sur le marché. 

Ensemble ils lancent AlphaSeed une plateforme de financement spécialisée dans le segment de restauration rapide “de qualité”, style Exki ou Pain Quotidien. 

“le fast casual, c’est quelque part entre le fast food et le service à table classique. Ça ressemble au fast food en termes de process : le  client rentre, commande et paye, avant de manger. Il passe prendre sa commande ou on lui livre son repas. C’est un segment du marché qui croît le plus vite, c’est des taux de croissance de 8 à 10%. D’ailleurs, de manière générale, la taille du gâteau augmente chaque année dans les pays, dans les pays développés ou même dans le tiers monde. Les gens mangent de plus en plus dehors. C’est ce qu’on appelle le “out of home” ça croît de 2 à 3% par an.”

Pour écouter l’histoire d’AlphaSeed, découvrir ses valeurs et sa raison d’être :

Fresh, show et digital : la recette du succès de Pitaya 

Aujourd’hui, AlphaSeed va lancer son premier projet de master franchise Pitaya, une chaîne de restaurants street thaï de restauration rapide de qualité. 

L’objectif est d’ouvrir d’ici sept ans 70 restaurants au Benelux :

  • 30 en Belgique ;
  • 35 aux Pays-Bas ; et
  • 5 au Luxembourg. 

Après une ouverture réussie en plein Covid au cœur de la ville de Liège et un premier restaurant situé à Bruxelles qui cartonne, difficile de douter du succès des woks proposés par Pitaya. 

Pour Marco Tessaro, Pitaya est un concept évident sur lequel il faut impérativement miser : 

“Pitaya est un concept qui plaît au plus grand nombre en France, qui marche très, très bien. En France, les franchisés font la file pour ouvrir des Pitaya parce que c’est relativement grand public comme type de cuisine et ça fonctionne. 

C’est une nouvelle niche, en fait, typiquement dans une ville de taille moyenne, à Angers ou à Chartres, où il y a le pizzaïolo du coin, le Burger King du coin et le sushi, un Thaï Street Food comme Pitaya ajoute une nouvelle offre et c’est un succès immédiat”.

L’entrepreneur nous rappelle qu’en plein Covid, Pitaya est un concept qui fonctionne extrêmement bien en delivery et en take-away.

Aujourd’hui déjà, sur le réseau français, le chiffre d’affaires, c’est 50% en manger sur place, mais 25% à emporter et 25% livraisons avec les agrégateurs UberEats et Deliveroo.

Ecoutez Marco Tessaro nous raconter l’histoire inspirante de Pitaya :

Vous souhaitez soutenir le projet d’expansion de Pitaya pour le Benelux ?

Découvrez la campagne Pitaya sur BeeBonds qui propose un rendement de 8% d’intérêts annuels bruts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.